Brève histoire de Donnet-Zedel

 

Ernest Zürcher construisait depuis 1989 des moteurs de motocyclettes à Neuchatel, Suisse. Avec Herman Luthi il fondait le Zürcher & Luthi & Cie. 

Bientôt l'atelier devient trop petit et en 1900 la société déménagea vers le proche St. Aubin.

En 1901, la marque a été changée en Zedel (écriture phonétique des initiales Z.L.). Au bout d'un an on atteignit le nombre de 130 employés et l'exportation vers la France a commencé (apres un accord avec la marque de cycles français La Victoire).

Pour éviter les droits de douane français, Zedel a expatrié une partie de l'activité à Pontarlier, la ville frontière la plus proche de Neuchatel. Tres vite, le minuscule atelier de Pontarlier se transforma en véritable usine pour l'assemblage de moteurs (de motocyclette) et automobiles, employant, le plus souvent, des ouvriers suisses. Mais, à grandir trop vite, on se heurte à des soucis financiers. Un fournisseur, Samuel Graf, en profita pour prendre la majorité des parts. Suggérant, dès son arrivée, une réorientation de l'entreprise vers la fabrication d'automobiles, ce que Ernest Zürcher avait refusé auparavant. En 1907 Ernest Zürcher se vit contraint de ceder sa succursale de Pontarlier (ainsi que la maison mère de St Aubin) à Samuel Graf.

Sous le nom Zedel SA, Pontarlier ce dernier continua la production de moteurs pour motoyclettes et automobiles (toutes marques), parallèle de l'étude d'une première automobile Zedel. Il s'agissait du moteur 4 cylindres de type 22B 7/8 CV derivé du modèle A (projet) dessiné par Ernest Zürcher, juste avant son départ forcé. La justice finalement donnera les droits d'exploitation du moteur et de la marque Zedel à l'établissement français. La première année furent construits environ 100 exemplaires de ce type B.

1908 zedel ce wielerLa gamme a été étendue (types CA, CB, CC, CG, CF, DB et DBS). En 1910 apparaît le type E, beaucoup plus moderne, suivi par les modèles CI et H. Toutes ces voitures sont destinées a une riche clientèle. La production a été exporté en Angleterre (et donc tout le Commonwealth), en Belgique, en Italie en Suisse, en Espagne, au Siam (Thaïlande), en Russie, en Amérique, etc. Avant le début de la guerre mondiale Zedel a vendu 300 à 400 véhicules.

Pendant la guerre, il manquait de matériaux et la vente s'arrêtat. La société fut réquisitionnée pour fabriquer des obus. Une partie du personnel français se trouva mobilisé et des éléments de valeur (suisses) sont repartis vers la Suisse.

Après la guerre Samuel Graf ne fut qu'utiliser les stocks d'avant guerre pour recommencer la production des modèles CE. En 1919 il vend la société à Jérôme Donnet, un industriel suisse qui pendant la guerre s'est illustré en France dans la construction d'hydravions sous les marques Donnet-Lévêque et Donnet-Denhaut. Jérôme Donnet a commencé avec une série limitée de véhicules robustes, luxueux et chers: version améliorée de l'ancien modèle CE, baptisée CES.

En 1920 un modèle entièrement nouveaux est présenté, le type P 15cv (torpedo 3176 cc 39 cv 1320 kgs 100 km/h), aussi destinée à une clientèle fortunée.

En 1921 on choisit une nouvelle stratégie. Le modèle CI-5 (4 cyl) est destiné à être produit en petite série. En 1922 il a été suivi par la robuste et populaire CI-6 (11CV) (4 cil 2120 cc 34 cv 1100 kg torpedo, berline souple et limousine). La CI-6 sera le premier véhicule Zedel construit en grande série, surtout à partir de 1924.

2005.05.019 Donnet Zedel CI6 2005.05.020 Donnet Zedel CI6 2005.05.021 Donnet CI6

1924: Donnet-Zedel, Pontarlier

La CI-6 (rébaptisée Donnet-Zedel) reste assemblée à Pontarlier.
Le type K (6 cyl) (octobre 1926) était une limousine ou cabriolet luxueux. 

1930 Donnet CI6 017 1930 Donnet CI6 018

1924: Donnet-Zedel, Gennevilliers

En 1924 la petite 4 cyl type G (7CV) est présenté sous la nouvelle appellation de la marque: Donnet-Zedel, construite dans une ancienne usine à Gennevilliers, la production des chassis dans l'ancienne usine de fabrication des hydravions Donnet sur l'ile de la Jatte et les carrossséries dans un atelier à Neuilly. Assemblage et stockage des voitures complètes avaient lieu sur l'Ile de la Jatte.

1926 Donnet Zedel Type G cabr 1926 donnet zedel torpedo 012 1926 Donnet Zedel Type G torpedo Sport

1926 : Donnet, Nanterre

Aout 1924 on acquit à Nanterre un ancien entrepot avec possibilité d'expansion. On y commence la construction d'une nouvelle usine (100 m x 100 m, cinq étages), en 1925 équipée de chaînes "à l'américaine".
Depuis mai 1926 les nouvelles autos s'appellent Donnet. La nouvelle usine à Nanterre est prêt en octobre 1928. La production à Pontarlier a été réduit lentement et en 1929 l'usine de Pontarlier a été volontairement fermé (à cause de l'éloignement par rapport à Paris).

Donnet venait le cinquième producteur d'automobiles de France, après Renault, Citroën, Peugeot et Mathis, et juste avant Chenard & Walker.

En 1927 Donnet a réalisé une collaboration avec trois fabricants d'automobiles français: Delahaye, Unic et Chenard & Walker.

Depuis octobre 1928 la production du Type K a été déménagée de Pontarlier à Nanterre. A cause de la grande crise économique de 1929 les nouveaux modèles CI 7 (4 cyl) et CI 10 (6 cyl) se vendent difficilement (comme toute la production automobile mondiale). La direction tranche où elle peut et beaucoup d'employées ont licencié. 

Entre 1931 en 1933 on présenta deux nouveaux modèles : la Donnette type 149 (4 CV à moteur 2 temps/2 cylindres dessinée par Violet) et une traction avant imaginée par Grégoire. Mais le développement de nouvelles voitures demandait des investissements. Un appel de fonds en bourse se révèla "décevant". Ce sont les anciens châssis qui assurent le quotidien. Ils sont débaptisés Donnastar (8 CV), Donnarex (l’ancienne C17), Donnaquatre (11 CV), Donnasix (11 CV) et Donna Super (13 CV); plus de torpédos, roadsters, coupés, mais seulement des conduites intérieures ou coaches. 

La mise en faillite de la société Donnet suit en 1934. La superbe usine de Nanterre est rachetée, dès l’automne 1934, par Pigozzi (importateur Fiat) qui y lancera, l’année suivante, la fabrication des Simca-Fiat.

Un fournisseur, Contin, tentait de commercialiser le stock d’invendus. Il s'agit de quelques berlines et coupés 8 CV sous la marque Donnet-Contin type D 35 (1935-36).

Les marques Zedel, Donnet-Zedel et Donnet produissaient à peu près 100.000 voitures en totale.